space

  fr_flag_off space gb_flag space chine_flag
Accueil
Qui sommes nous?
Nous contacter
FAQ
Base TAF (Techniciens, artistes et Figurants)
Inscription Base Production Exécutive
Actualités

  TOURNER EN FRANCE
Réseau de 41 commissions du film
Rechercher un décor
Proposer un décor
Rechercher une production exécutive
Guide Pratique des Tournages
Principaux tournages étrangers

  FINANCEMENTS
Crédit d'impôt international
The Incentives Guide (en anglais)
Aides des collectivités territoriales

  DIVERS
Liens utiles
Plan du site
Copyright
Le CinéDico - Lexique multilingue
Presse & Logos
Film France à Cannes

Film France est soutenue par :   logoCNC
Membre du réseau :   logoEUFCN
Membre de réseau :   logoAFCI
Partenaires principaux :   logoBellefaye

fb
 
 
Les actualités

  Dernières actualités
   < Revenir en arriere      Actualités précédentes >
 
  29/05/2015
  Film France salue les films primés à Cannes

  Cinq films au palmarès du 68ème Festival de Cannes dont la Palme d'Or Dheepan ont été soutenus...


... financièrement par des collectivités territoriales. Ils ont reçu l'aide logistique des commissions du film du Réseau Film France.

La Palme d’or Dheepan de Jacques Audiard ainsi que les prix d’interprétation de la Sélection Officielle revenus à Vincent Lindon pour La loi du marché de Stéphan Brizé et à Emmanuelle Bercot pour Mon Roi de Maïwen récompensent des films qui ont obtenu le soutien logistique et financier de la région Ile de France, ainsi que de l’accompagnement de Paris Film et des bureaux d'accueil des tournages de Basse-Normandie et Aquitaine.

Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin, récompensé par le Prix SACD Quinzaine des Réalisateurs, a bénéficié du soutien financier et logistique de Pictanovo – Région Nord Pas de Calais qui peut également s’enorgueillir d’avoir soutenu le film d’ouverture La tête haute, réalisé par Emmanuel Bercot.

Ni le ciel, ni la terre de Clément Cogitore remporte le prix de la Fondation Gan pour la distribution à la Semaine de la Critique. Le film a bénéficié du soutien de plusieurs fonds de soutien de collectivités territoriales : l’aide au développement de l’Alsace, l’aide à l’écriture de Ciclic-Région Centre, l’aide à la ré-écriture de la Basse-Normandie.

« Les collectivités territoriales étaient aux génériques de 25 films présents dans les différentes sélections de la 68ème édition de Cannes », remarque Nicolas Traube, Président de Film France. « Ces films sélectionnés à Cannes ont bénéficié - précise Valérie Lépine-Karnik, Déléguée Générale de Film France, de l’accompagnement d’un ou plusieurs membres du réseau Film France lors de leur préparation et d’aides financières des collectivités territoriales qui sont essentielles à la réalisation de films dont le rayonnement est international. " » http://www.festival-cannes.com/fr/archives/2015/awardCompetition.html

   
 
 
  22/05/2015
  "Cosmodrama" : un Star Trek à la Française

  Le long métrage réalisé par Philippe Fernandez, à l'ACID et projeté le 22 mai pour la seconde fois, a été intégralement tourné en Poitou-Charentes.


Produit par Atopic, Michigan Films et Lugo Prod, ce huis-clos fantastique nous embarque dans un vaisseau spatial où sept membres d’équipage se réveillent de cryogénisation, malencontreusement amnésiques. Ils ne savent plus ni où ils sont, ni d’où ils viennent, ni le but de leur mission. Leurs observations leur permettront des hypothèses sur ces sujets, mais tous ne les supporteront pas.

Le film a été accompagné par le Bureau d'Accueil de Tournages de Poitou Charentes Cinéma et a eu le soutien de la Région Poitou-Charentes et du Département de la Charente-Maritime. Il a été entièrement tourné dans les Studios de La Rochelle entre novembre 2013 et janvier 2014. » http://www.lacid.org/Cosmodrama

   
 
 
  21/05/2015
  « Gaz de France » : un film soutenu par Ciclic

  Le long métrage de Benoît Forgeard a été intégralement tourné dans la Région Centre, au sein du studio Stars Europe.


Présenté ce jeudi 21 en seconde projection dans la programmation ACID, "Gaz de France" est un long métrage de Benoît Forgeard, également en charge du scénario et du montage. Produit par Ecce Films, "Gaz de France" plonge le spectateur dans la France des années 2020 : Michel Battement, l'éminence grise du chef de l'Etat, doit d'urgence remonter la cote de popularité du président Bird afin d'empêcher la chute imminente du régime. Au fin fond des sous-sols surchargés de l'Elysée, il organise une consultation secrète, en compagnie des meilleurs cerveaux du pays.
Le film a été entièrement tourné en région Centre-Val de Loire, au sein du studio Stars Europe de Briare (Loiret) en décembre 2013. Il a bénéficié du soutien logistique du Bureau d'Accueil des Tournages de Centre Val de Loire. Dix techniciens régionaux ont participé à ce tournage. "Gaz de France" a, en outre, reçu une aide à la production de Ciclic - Région Centre en 2013.

"Deephan" en compétition officielle Autre film français présenté en compétition officielle jeudi 21, le dernier long métrage de Jacques Audiard a eu le soutien financier de la Région Ile-de-France.
Avec "Deephan", le réalisateur de "Un prophète", récompensé à Cannes en 2012 pour "De rouille et d’os", brosse le portrait de trois inconnus fuyant la guerre civile au Sri Lanka : un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se faisant passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.
Produit par Why Not Productions, le long métrage a bénéficié du Fonds de soutien régional à la production cinématographique pour un montant de 480 000 €. Le film sortira en salles le 25 août 2015. » http://www.lacid.org/Gaz-de-France

   
 
 
  20/05/2015
  Lamb et Une histoire de Fou...

  ...les Régions en soutien à deux films présentés le 20 mai à Un Certain Regard et en séance spéciale de la Sélection Officielle.


"Lamb" : L’Aquitaine en soutien En Sélection Officielle, à un Certain Regard, et présenté le 20 mai, "Lamb" est le premier film du réalisateur éthiopien Yared Zeleke, sélectionné dans la catégorie Un Certain Regard. Ce film est produit par Slum Kid Films, Gloria Films, Heimat Films, Dublin Films (production Aquitaine) et Film Farms. Si l’intégralité du tournage s’est effectuée entre les Hauts Plateaux éthiopiens, du 2 octobre au 17 novembre 2014, il faut noter la présence de trois Aquitains parmi les dix techniciens européens présents sur le tournage (tous les autres étaient éthiopiens, kenyans ou érythréens). Il s’agissait d’une chef décoratrice, arrivée six semaines avant le tournage et qui a formé une équipe déco éthiopienne, d’une assistante caméra et d’un réalisateur du Making-of officiel. Les trois premiers mois de la post-production ont eu lieu à Bordeaux. "Lamb" a obtenu le soutien du Conseil Régional avec une aide de 180 000 €.

"Une histoire de fou" : Guédiguian de retour à Marseille
En séance spéciale, "Une histoire de fou" nous ramène dans la France des années 1980. Aram, jeune Marseillais d’origine arménienne fait sauter à Paris la voiture de l’ambassadeur de Turquie ; un jeune cycliste qui passait par là est gravement blessé : Gilles Tessier. Aram en fuite rejoint l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans ces années-là. Le film écrit et réalisé par Robert Guédiguian a été filmé en Arménie, à Beyrouth et à Marseille pendant dix jours en août 2014. « J’estime qu’il est important de tourner dans les vrais lieux de l’histoire. L’image n’est pas la même. C’est particulièrement vrai pour Beyrouth où les acteurs et les extras sont Libanais. Une reconstitution dans un autre lieu n’aurait pas eu de sens ». Produit par Agat Films & Cie Production, le film a obtenu une aide à la production de PACA. » http://www.festival-cannes.fr/fr/archives/ficheFilm/id/bef0ed6b-434a-42ee-8d83-1552f603e2db/year/2015.html

   
 
 
  19/05/2015
  Les Cow-Boys dans les plaines de Rhône-Alpes

  Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, le long métrage de Thomas Bidegain – un premier film - a bénéficié de l'aide logistique...


...de la Commission du film de Rhône-Alpes.
Thomas Bidegain, scénariste doublement « césarisé » avec Jacques Audiard pour les films "Un prophète" et "De rouille et d'os", signe ici sa première réalisation (avec Noé Debré comme co-scénariste) avec François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne, Ellora Torchia, John C. Reilly au casting. Alain est l'un des piliers d’une communauté de danse country située dans l’Est de la France. Mais, un jour, sa fille Kelly disparaît. La vie de la famille s'effondre. Alain n’aura alors de cesse de la chercher, au prix de l'amour des siens et de tout ce qu'il possédait. Le voilà projeté dans le fracas du monde. Un monde en plein bouleversement où son seul soutien sera désormais Kid, son fils, qui lui a sacrifié sa jeunesse, et qu'il traîne avec lui dans cette quête sans fin.

Thomas Bidegain a choisi de tourner entièrement la partie française de son film en Région Rhône-Alpes entre Lyon, l'Ain et la Savoie (Yenne, Murs-et- Gélignieux, etc.) pendant 5 semaines à l'automne 2014, embauchant une très grande partie de son équipe technique à Lyon. Le tournage s'est ensuite poursuivi une semaine en Belgique et deux semaines en Inde pour figurer le Moyen-Orient. La Commission du Film Rhône-Alpes a participé aux repérages du film, à la mise en relation avec les équipes techniques et accueilli la production dans ses locaux sur le Pôle Pixel de Villeurbanne.

Produit par Les Productions du Trésor, « Les Cow Boys » sortira en salles le 25 novembre prochain. » http://www.quinzaine-realisateurs.com/les-cowboys-f14423.html

   
 
 
  19/05/2015
  "Marguerite et Julien" au château de Tourlaville

  Présenté en compétition à la Sélection officielle le mardi 19 mai, "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli a bénéficié...


...de l'aide logistique du Bureau d'Accueil des Tournages de Basse-Normandie, de la Commission du film Ile de France et de l'aide financière de la Région Ile de France.

Avec "Marguerite et Julien", la réalisatrice de "La guerre est déclarée" porte à l’écran un texte écrit pour François Truffaut, finalement abandonné par le cinéaste, qui raconte l’histoire d’amour entre un frère et une sœur, inspirée de la vie de Julien et Marguerite de Ravalet, exécutés pour inceste et adultère au 19e siècle, alors que celle-ci avait fui le château familial pour rejoindre son frère. C’est dans ce même château de Ravalet, situé à Tourlaville en Normandie, que la réalisatrice a posé ses caméras en 2014.

Le bureau d’accueil des tournages de Basse-Normandie a facilité l’accès au château et sa nécessaire transformation pour les besoins du tournage. En tout, 27 jours de tournage entre octobre et novembre 2014 dans le département de la Manche.

Si "Marguerite et Julien" a obtenu une aide à la production de 320 000€ de la part de la Région Ile-de-France où il s'est également tourné, il a par ailleurs fait l'objet d'une conférence spéciale organisée par Film France lors du dernier salon des lieux de tournage, Paris Images Location Expo, consacrée à la recherche de décor : "Marguerite et Julien : le décor en vedette".
Cette rencontre a réuni autour de Valérie Donzelli les professionnels intervenus sur la préparation du film. L'occasion de mettre en lumière le travail de collaboration entre la réalisatrice, le producteur, le chef décorateur, le repéreur, les commissions de film et les institutions accueillantes afin de trouver les décors idéaux pour le tournage. » http://www.festival-cannes.fr/fr/archives/ficheFilm/id/220489ea-104d-47c4-abe8-fa8710441012/year/2015.html

   
 
 
  17/05/2015
  Samuel Benchetrit sur la route de l'Alsace

  Présenté ce dimanche 17 en séance spéciale dans la Sélection Officielle, le "Asphalte" de Samuel Benchetrit a bénéficié de l'aide logistique...


....des commissions du film, sous la houlette de Film France, avant de choisir l’Alsace.

Pour son dernier film adapté de son propre roman Les Chroniques de l’Asphalte, avec Isabelle Huppert, Gustave Kervern et Valeria Bruni-Tedeschi au casting, le réalisateur et scénariste avoue avoir eu « envie de raconter la banlieue différemment à travers des personnages qu’on n’a pas l’habitude de voir quand on aborde ce sujet. Si je devais résumer le film, je dirais qu’il s’agit de trois histoires de chute. »

Produit par La Caméra Deluxe, Maje Productions et Single Man Productions, " Asphalte" a bénéficié du soutien de la Région Alsace via une aide à la production. Dans sa recherche de décors, le metteur en scène a sollicité Film France afin de trouver un lieu bien particulier. « Tourner dans de vraies cités que j’aurais repérées était très compliqué parce qu’il y a des gens qui y vivent. Je cherchais un immeuble désaffecté parce que je n’avais pas les moyens de tourner en studio. J’avais envie d’être inspiré par un ciel de l’Est, pas trop au Nord, ni au Sud. Il a fallu que je m’habitue à cet immeuble parce que j’étais trop marqué par les paliers et les escaliers de mon enfance. Les cités HLM sont très marquées par les années 1980 », raconte Samuel Benchetrit.

C’est finalement en Alsace que le réalisateur a trouvé sa perle rare. Pour cela, le bureau d’accueil des tournages de la Région a largement contribué à la découverte de ce décor unique à plus d’un titre. En effet, « J’ai filmé dans cette cité qui a été construite dans les années 1970 et qui a été détruite après le tournage. »

Le film a été tourné entre décembre 2014 et février 2015 pendant 30 jours à Colmar. » http://www.festival-cannes.com/fr/archives/ficheFilm/id/096ee50f-85ea-45f6-9a49-388446aee0a6/year/1943.html

   
 
 
  16/05/2015
  Basse-Normandie et PACA sur la route de Maryland

  Présenté samedi 16 mai en compétition officielle dans la section Un Certain Regard, le long métrage d'Alice Winocour "Maryland"...


...a pu compter sur le soutien logistique et financier des régions PACA et Basse-Normandie.
Avec un casting composé de Matthias Schoenaerts, Diane Kruger et Paul Hamy, "Maryland" met en scène Vincent, ancien des Forces spéciales de retour d’Afghanistan et victime de troubles post-traumatique. Celui-ci est chargé d’assurer la sécurité de Jessie, la femme d’un riche homme d’affaires libanais, dans sa propriété Maryland.
Produit par Dharamsala, ce long métrage a bénéficié d’une aide à la réécriture par la Région Basse- Normandie. Sur le scénario, Alice Winocour précise : « Je me suis intéressée aux photographes de guerre qui parlaient du retour difficile à la vie civile, après avoir côtoyé la mort et les horreurs des combats. De fil en aiguille, j’ai rencontré des soldats qui rentraient d’Afghanistan et qui me parlaient de leurs troubles, de leurs angoisses, de leurs accès de violence. Tous ces maux que l’on regroupe sous le terme de syndrome post-traumatique et qui mettent les soldats hors jeu. Le personnage de Vincent est né de ces rencontres. J’ai imaginé que mon personnage serait un soldat à qui l’on dit qu’il ne peut pas repartir en opération, comme un ouvrier usé qu’on met à la casse. Et que le trajet de ce personnage serait celui de quelqu’un qui reprend possession de son corps. L’idée du film d’action est venue de là, du personnage. J’avais aussi envie d’aller vers un territoire généralement réservé aux hommes, celui du film de genre. Il y a certainement dans mon choix l’idée de réaffirmer que pour les réalisatrices aujourd’hui, tout est permis ».
Le film a également obtenu le soutien à la production de la Région PACA et de l'aide de la Commission du film des Alpes Maritimes où le tournage a duré 44 jours.

Credit photo : Mars Distribution. » http://www.festival-cannes.fr/fr/archives/ficheFilmPhotos/id/0e8a58a1-a613-4597-8ea6-a5ac66fa53d3/year/2015.html

   
 
 
  15/05/2015
  Arnaud Desplechin choisit le Nord...
....pour « Trois souvenirs de ma jeunesse », présenté à la Quinzaine des Réalisateurs.


Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs ce vendredi 15 mai, le nouveau long métrage d’Arnaud Desplechin, "Trois souvenirs de ma jeunesse", a obtenu le soutien logistique et financier du Nord-Pas-de-Calais (Pictanovo).

Dans ce nouveau film d’Arnaud Desplechin, on découvre Paul Dedalus, interprété par Mathieu Almaric, chercheur anthropologue d’une quarantaine d’années, qui après un long séjour au Tadjikistan, prépare son retour en France. Des images de sa jeunesse lui reviennent, de son enfance à Roubaix, des souvenirs de Paris, de Moscou, des crises de folie de sa mère… et surtout, il se souvient d’Esther. Outre Mathieu Almaric, le casting inclut notamment Quentin Dolmaire et Lou Roy-Lecollinet.

Neuf comédiens et 32 techniciens régionaux ont travaillé sur ce tournage qui a duré un mois, dont 24 jours essentiellement à Roubaix et à Tourcoing.
La région Nord-Pas-de-Calais et Pictanovo ont coproduit le film d’Arnaud Desplechin à hauteur de 150 000 €. Un investissement qui, selon Pictanovo par la voix de son président Michel-François Delannoy, a « apporté près de 500 000 € de retombées économiques directement utiles pour notre territoire ». .

Les spectateurs pourront découvrir "Trois souvenirs de ma jeunesse » sur les écrans dès le 20 mai. » http://www.quinzaine-realisateurs.com/trois-souvenirs-de-ma-jeunesse-f14434.html

   
 
 
  13/05/2015
  Ouverture de Cannes avec 2 régions

  La tête haute : le film d'ouverture coproduit et soutenu par le Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes


En ouverture de la Sélection officielle de la 68e édition du Festival de Cannes, le long métrage d’Emmanuelle Bercot, produit par les Films du Kiosque, a reçu le soutien logistique et financier des régions Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes.
"La tête haute" suit le parcours éducatif de Malony, de 6 à 18 ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver. Outre Rod Paradot, qui incarne le rôle titre, Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Sara Forestier font également partie de la distribution de ce film tourné 3 semaines en Nord-Pas-de-Calais (Dunkerque, Cambrai et Boulogne-sur-Mer) et 3 semaines en Rhône-Alpes dans le Rhône et le Vercors (Meyzieu, Villard de Lans et La Chapelle en Vercors). Le tournage s’est étalé du 22 juillet au 17 septembre 2014. « La tête haute » a reçu un financement de 300 000 € en coproduction par Rhône-Alpes Cinéma et 150 000 € en coproduction également de Pictanovo.
Par ailleurs, les Commissions du Film Rhône-Alpes et Pictanovo ont accompagné la préparation du film (recherche des décors prison, centre d'accueil, castings pour le rôle principal auprès des structures type MJC, Centres Sociaux... ) et la mise en place technique et logistique.
Pour le Délégué Général du Festival, Thierry Frémaux : « le choix de ce film pourra paraître surprenant au regard des codes généralement appliqués à l’Ouverture du Festival de Cannes. C’est évidement le reflet de notre volonté de voir le Festival commencer avec une œuvre différente, forte et émouvante ».
"La Tête haute"sera projeté en avant-première mondiale dans le Grand Théâtre Lumière du Palais des Festivals et sort dans les salles françaises le même jour, mercredi 13 mai. Le film a déjà été vendu dans de nombreux pays. » http://www.festival-cannes.fr/fr/archives/ficheFilm/id/c853881c-2c32-44dd-985b-9fc71b4ddf33/year/2015.html

   
 
 
  13/05/2015
  Une Semaine de la Critique très soutenue

  En ouverture, le film d'Elie Wajeman est présenté le jeudi 14 mai. Il a obtenu le soutien de la Région Ile de France


Pour son second long métrage, Elie Wajeman met en scène, dans le Paris de 1899, le brigadier Jean Albertini (Tahar Rahim), pauvre et orphelin, choisi pour infiltrer un groupe d’anarchistes. Pour lui, c’est l’occasion de monter en grade. Mais, obligé de composer sans relâche, Jean est de plus en plus divisé. D’un côté, il livre les rapports de police à Gaspard, son supérieur, de l’autre, il développe pour le groupe des sentiments de plus en plus profonds. Ce film en costume a été tourné intégralement en région francilienne entre décembre 2014 et février 2015.
Deux autres films aidés par les commissions du film et les fonds de soutien sont également présents en compétition à cette Semaine de la Critique. Il s’agit tout d’abord de "Ni le ciel, ni la terre" de Clément Cogitore (Kazak Productions) présenté le 16 mai. Ce film a suscité l’intérêt de pas moins de trois collectivités qui l’ont accompagné tout au long de son processus créatif : l’Alsace avec une aide au développement, le Centre via CICLIC pour une aide à l’écriture et, enfin, la Basse-Normandie avec une aide à la réécriture pour un sujet brûlant sur la présence des forces françaises en Afghanistan.
Selon les données recensées par CICLIC sur les financements des collectivités territoriales en 2014, on note que « Les aides à l’écriture enregistrent une hausse sensible déjà constatée : +3% en 2013, +4,2% en 2014, signe de l’intérêt croissant des collectivités en faveur de cette étape. »
La Région Bretagne a, de son côté, soutenu le film "Dégradé" de Arab et Tarzan Nasser. Ce long a pu bénéficier du nouveau dispositif de soutien aux productions associées. La post production a été assurée par AGM Factory basée à Rennes. Le film est présenté le 17 mai. » www.semainedelacritique.com

   
 
 
  03/09/2014
  Minuscule démarre 5e du box-office chinois

  Minuscule, la vallée des fourmis perdues est sorti ce week-end en Chine.


Le film mêlant animation et prises de vues réelles d'Hélène Giraud et Thomas Szabo (Futurikon) poursuit sa très belle carrière internationale. Alors qu'il a déjà attiré plus de 4,2M€ de recettes dans le monde, pour 923 669 entrées, en plus des 1,44 million de spectateurs séduits dans l'Hexagone, il vient donc de sortir en Chine, en 3D. En trois jours, il a déjà enregistré environ 325 000 entrées pour une recettes d'environ 1,76 M$. Sachant que le film devait sortir sur une combinaison de plus de 1 000 salles au total. Il se hisse au 5e rang des films exploités ce week-end en Chine, derrière notamment un film d'action asiatique, Dragon 2 et une comédie hongkongaise.

Le film avait été lancé dans le cadre du Festival international du film de Shanghai.

Sarah Drouhaud

Voir l'article original

   
 
 
  01/08/2014
  Un tournage Indien en Corse

  Après 16 jours de tournage en Corse, Bollywood et ses stars viennent de fêter la fin du tournage du long métrage TAMASHA.


Le film réalisé par Imtiaz Ali, avec les stars indiennes Ranbir Kapoor et Deepika Padukone, est le premier projet indien à avoir reçu l’agrément provisoire pour le Crédit Impôt International, ce qui signifie, rappelons-le ici, des dépenses en France de plus d'un million d'euros, principalement en emploi de techniciens, artistes et figurants et en location de matériel.

La Collectivité territoriale de Corse et Corsica Pôle Tournages ont soutenu de manière logistique la production exécutive ifilmfrance pour l'organisation des lieux de tournage, l'hébergement des équipes, l'embauche des techniciens, comédiens et figurants sur place, etc.

Plus de 550 figurants auront au final participé à ce film tourné à Bastia, Bonifacio et Calvi avec des scènes de danses traditionnelles indiennes et au moins 5 chansons soit 45 minutes de musique composée par A.R. Rahman et mêlant le chant polyphonique et la musique traditionnelle corse à des sonorités plus indiennes.

Film France salue cette belle mise en valeur de la Corse et souhaite au film une très belle sortie en Inde !

Le synopsis : Deux Indiens se rencontrent en Corse : une jeune femme attirée sur l'île par l'album "Astérix en Corse", ayant perdu ses papiers, fatiguée et le cœur déchiré, et un jeune homme en voyage, qui va lui apporter son aide. Les deux continuent leur route ensemble, s'amusent et choisissent de ne pas révéler leur identité à l'autre, jouant à être des personnages de films ou du passé... Après que leurs chemins se soient séparés, ils se retrouvent quatre ans plus tard, en Inde. Mais ils ne sont plus les mêmes, et se rendent compte que leur rencontre en Corse fut le plus beau moment de leur vie…